Le cauchemar

Les rêves sont fascinants, les rêves sont captivants, les rêves aident et guérissent, les rêves sont tout simplement merveilleux. Ils excitent et stimulent, les rêves sont spéciaux, pleins d’imagination, pleins d’aventures et ils sont sauvages. Ils nous enrichissent et nous développent et surtout ils nous imprègnent de curiosité et nous colorent toute la journée. Nous voulons savoir ce qu’ils signifient.

Parfois cependant, nous les percevons tout autrement. Il se peut que la folie déraille et provoque de la peur, une telle peur qu’elle prive du sommeil, que ce rêves passent du stade «seulement» excitants, au stade effrayant, ils deviennent un fardeau, un tel fardeau que l’on se refuse de dormir. On tombe, on fuit mais on ne peut pas courir, on est menacé ou on vit à nouveau un vécu qui a causé une telle peur qu’il était impossible de le surmonter, car les rêves sont des sentiments et des pensées transposés en des images animées.

Dans ce cas, nous parlons de mauvais rêves ou même de cauchemars.

„ … Expérience de rêve chargée d’anxiété ou de peur s’accompagnant d’un souvenir très détaillé du contenu du rêve. Cette expérience de rêve est très intense et comporte habituellement comme thèmes des menaces pour l’existence, la sécurité et l’estime de soi. Assez souvent, les cauchemars ont tendance à se répéter avec des thèmes identiques ou similaires. Les épisodes typiques comportent un certain degré de décharge neuro-végétative, mais pas d’activité verbale ou motrice notable. Au réveil, le sujet devient rapidement alerte et bien orienté. …“,selon CIM-10.

Il existe de nombreuses causes possibles de cauchemars: l’éventail des causes des cauchemars va du simple fait d’être sous tension ou sous stress à des expériences trop difficiles à surmonter.

I arrive aussi d’avoir des cauchemars plusieurs fois par semaine et de par ce fait on commence à éviter de dormir, dans ce cas on parle d’un trouble du sommeil lié aux cauchemars.

Probablement tout le monde a fait un cauchemar à un moment donné, mais on parle d’un trouble quand cela se passe régulièrement, quand on craint de s’endormir et d’à nouveau devoir supporter un cauchemar. Environ 4% des adultes sont touchés par un trouble du sommeil lié a des cauchemars.

Quand les cauchemars provoquent des restrictions dans le domaine social ou professionnel, entraînent fatigue et insomnie, ou provoquent un stress important, il est grand temps de se décider pour un traitement.

La bonne nouvelle est que les cauchemars peuvent être changés et transformés en des rêves magnifiques. Très souvent, ce changement peut se produire très rapidement.

Vous pouvez trouver plus d’informations dans mon livre: Les cauchemars et comment nous pouvons les changer, Nymphenburger 2013 (en Allemand uniquement), auprès de la SFRMS (Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil) ou au cours de l’un de nos séminaires ou en tête-à-tête.

von PRINZPod mit www.prinz-pod.at

Surmonter les cauchemars

L’apprentissage de la technique du rêve lucide est une manière de faire face aux cauchemars qui s’est déjà avérée efficace dans le cadre de nos études (également pour le trouble de stress post-traumatique) et peut sensiblement améliorer la qualité du sommeil. Le rêve lucide est particulièrement efficace en relation avec la Gestalt-thérapie.

Le coaching du sommeil peut également aider à mieux surmonter les cauchemars. Cette methode s’appuie sur la Gestalt-thérapie et comprend des methodes issues de la Thérapie cognitivo-comportementale (CTT), de l’hypnose, de techniques de relaxation et de l’éducation du sommeil.

American Academy of Sleep Medicine. International Classification of Sleep Disorders. 3rd ed. Darien, IL: American Academy of Sleep Medicine; 2014.

World Health Organization. (1992). The ICD-10 classification of mental and behavioural disorders: clinical descriptions and diagnostic guidelines. Geneva: World Health Organization.

Holzinger, B., Klösch, G., & Saletu, B. (2015). Studies with lucid dreaming as add‐on therapy to Gestalt therapy. Acta Neurologica Scandinavica131(6), 355-363.

Le cauchemar dans le cadre du trouble de stress post-traumatique (PTBS)

Plus de 80% de la population subit au moins un événement traumatique dans sa vie et 7,4% de la population développe un trouble de stress post-traumatique (TSPT). Le TSPT se manifeste en réponse tardive à un événement stressant, d’une menace exceptionnelle ou d’une ampleur telle une catastrophe, qui ‘il provoquerait un sentiment de détresse pour presque tout le monde. Les caractéristiques typiques sont l’expérience répétée de l’évènement traumatisant lors de souvenirs intrusifs, de rêves ou de cauchemars qui se produisent dans le contexte d’une sensation persistante d’engourdissement et d’apathie émotionnelle. De plus, il y a l’indifférence, l’indifférence et un évitement des personnes, des lieux et des situations qui peuvent évoquer des souvenirs du traumatisme. Un état de surexcitation végétative avec une nervosité excessive et des troubles du sommeil se produit également souvent. L’anxiété et la dépression sont souvent associées aux symptômes et aux caractéristiques mentionnés, et les pensées suicidaires ne sont pas rares. Les cauchemars qui surviennent dans le cas du TSPT peuvent être un énorme fardeau en eux-mêmes. Les contenus et les caractéristiques varient fortement selon le traumatisme vécu, mais sont au mieux dérangeants et déclenchent de nouvelles peurs et de l’inconfort chez la personne concernée.

Surmonter les cauchemars liés au TSPT

Tout d’abord, il faut se rappeler que les cauchemars ne sont qu’une des manifestations d’un trouble de stress post-traumatique et que le TSPT lui-même doit être traité par des professionnels, par ex. par des psychothérapeutes formés en traumatologie. Une autre manifestation du TSPT est le manque de sommeil et lorsque la personne affectée parvient à dormir, son sommeil est souvent peu reposant. L’objectif général du traitement du TSPT est de retrouver une bonne nuit de sommeil car le sommeil est guérisseur. Le coaching du sommeil est l’une des approches éprouvées pour améliorer le sommeil et la qualité du sommeil.

Le rêve lucide, par exemple, a aidé nombreuses personnes et peut aussi systématiquement aider à maîtriser les cauchemars associés au TSPT. Des études ont montré qu’il peut réduire la fréquence des cauchemars, améliorer la qualité du sommeil et atténuer les symptômes du TSPT. En particulier, les symptômes d’anxiété et de dépression ont pu être réduits.

La thérapie par répétition d’imagerie mentale (IRT) est une méthode de traitement cognitivo-comportementale qui est également utilisée pour les cauchemars associés au TSPT. L’histoire du cauchemar est réécrite à l’état éveillé de telle sorte qu’elle ne provoque plus de peur chez le rêveur. Ceci est ensuite répété quotidiennement jusqu’à ce que le rêve ne soit plus aussi menaçant même pendant le sommeil.

Pour les deux techniques, dans le cas d’un TSPT, il est absolument nécessaire que la personne concernée soit accompagnée par un spécialiste qualifié, par ex. un psychologue ou un psychothérapeute.

Des médicaments peuvent également être utilisés pour le traitement, par exemple la prazosine (1 mg – 3 mg).

World Health Organization. (1992). The ICD-10 classification of mental and behavioural disorders: clinical descriptions and diagnostic guidelines. Geneva: World Health Organization.